Histoire de partenariats
Histoire de partenariats
Au cœur de notre stratégie, il y a vous
< Histoire de partenariats

Histoire de partenariats


SUEZ encourage les relations partenariales avec ses clients (collectivités, entreprises) à travers la proximité, la transparence et la co-construction

  • Communauté d’Agglomération du Grand RodezUn partenariat avec SOPAVE qui met le cap sur la valorisation des déchets
    Communauté d’Agglomération du Grand Rodez

    La communauté d’agglomération du Grand Rodez, en Aveyron, regroupe 11 communes et 62 500 habitants.
    Le service de Gestion des déchets compte 55 personnes, qui travaillent sur l’accompagnement et la sensibilisation des usagers, la collecte des déchets en déchèteries ou en porte à porte, la gestion d’une flotte de 16 véhicules lourds, les prestations auprès des professionnels. Il prend en charge annuellement 30 000 tonnes de déchets, dont 16 000 tonnes collectées en porte à porte, 6 jours sur 7, représentant plus de 300 tonnes par semaine.
    La collecte auprès des particuliers est réalisée essentiellement en sacs poubelles, ce qui impose une politique d’achat de sacs devant présenter un haut niveau de qualité et de sécurité, ceci afin de limiter les risques encourus par les agents de collecte, favoriser le tri et garantir la propreté de la voie publique.

    Les sacs poubelles de la société SOPAVE répondent à tous les critères techniques et environnementaux exigés dans le dossier d’appel d’offres. 2,7 millions de sacs de différentes capacités sont achetés annuellement par le Grand Rodez, puis distribués aux usagers.
    Nous avons pu instaurer un partenariat vertueux à travers lequel les sacs jaunes des Grands Ruthénois, séparés en centre de tri, sont acheminés vers l’usine de SOPAVE, afin qu’ils puissent entrer dans la fabrication des sacs que nous achetons ; outre le recours à une filière locale de recyclage, ce montage nous permet de bénéficier d’une TVA à taux réduit.
    En amont du procédé industriel de fabrication, intéressant et très technique, celui de la fabrication de granulés de polyéthylène de seconde fusion m’a vraiment surpris, notamment au regard du degré de saleté des entrants, qui, après des lavages successifs, sont transformés en un produit fini entrant dans la fabrication de nouveaux sacs poubelles.
    Au-delà de ces éléments contractuels, j’ajoute que nous avons une réelle proximité avec SOPAVE : proximité de travail avec les services tant commerciaux que techniques de la société, et proximité géographique, qui favorise les circuits courts d’approvisionnement et de traitement de déchets, améliore les réactivités dans les éventuels réapprovisionnements et participe à la maîtrise des émissions polluantes dues aux transports ; sans compter qu’il est satisfaisant pour moi de pouvoir faire travailler une société locale à la pointe dans un domaine que j’affectionne.


    Bernard Calmels
    Vice-président de la Communauté d’Agglomération du Grand Rodez, en charge de la gestion des déchets

  • Hôpital La Timone (Marseille)Une solution innovante pour optimiser la collecte et la traçabilité des déchets
    Hôpital La Timone (Marseille)

    L’hôpital de La Timone est emblématique de la cité Phocéenne, c’est l’établissement le plus important de l’APHM (Assistance Publique Hôpitaux de Marseille) et nous l’accompagnons dans la gestion de ses déchets depuis 2013.

    Ce qui a scellé ce partenariat ? Une solution de traçabilité qui a su faire la différence.

    Après identification grâce à un étiquetage spécifique avec code barre, tous les conteneurs sont acheminés vers une plateforme logistique dédiée aux déchets.
    Par simple lecture de l’étiquette, un reporting détaillé permet au client de mesurer et de vérifier la cohérence de la production de déchets de chaque service, en fonction des pathologies qu’il traite. Et c’est notamment le ratio DASRI/DAOM (déchets d’activités de soins à risques infectieux / déchets assimilables aux ordures ménagères) qui est étudié de près, principal indicateur de comparaison et d’alignement sur les objectifs. Le pilotage et la ventilation des budgets inter services gagne ainsi en efficace.

    Cette solution de traçabilité permettra à notre client d’afficher les progrès significatifs réalisés depuis sa dernière accréditation mais pourrait également bien servir d’exemple pour tous les autres sites de l’APHM ! Et pas seulement sur l’excellence en matière de traçabilité.

    Le nouveau bâtiment de la Timone 2, ultra moderne, sera le plus grand plateau technique d’Europe (blocs opératoires, urgences, réanimation et radiologie) et nous voulions un système de logistique déchets à la hauteur du reste des installations. Pour cela, il a fallut l’imaginer très en amont pour qu’il soit parfaitement intégré à la conception du bâtiment.
    Nous avons créés deux circuits logistiques indépendants. Un pour le propre, le linge ou le matériel par exemple, et un pour le sale, les flux de déchets. Concrètement, deux puits verticaux conçus pour les monte-charges équipent le bâtiment.

    Les gares sales « flux déchets », donnent accès aux locaux déchets et comportent un accès distinct pour le personnel soignant (circuit « propre ») et un autre pour l’équipe de collecte (circuit « sale »).
    L’entrée aux gares est sécurisé et ne peut se faire qu’avec un badge électronique. Les locaux à déchets se situant juste à coté de ces gares, il n’y a donc plus de circulation des conteneurs dans les couloirs des services de soin. Quant aux risques de contamination, l’indépendance des deux circuits les limite considérablement.

    Grâce à cette solution, nous nous occupons de l’acte ultime du soin, puisqu’au XXI ème siècle, il serait temps de considérer qu’un patient n’est totalement traité que lorsque ses déchets ont été éliminés.


    Laurent Michel, Technicien Superieur Hygiène Sécurité Environnement.
    Emmanuelle Montella, Responsable Hygiène Sécurité Environnement.
    Instigateurs du nouveau « circuit logistique dédié »

  • CHRU de BesançonUn partenariat durable

    Partenaire du CHRU depuis 2005, SITA gère l’enlèvement et le traitement des déchets dans une logique d’amélioration continue et d’accompagnement.

    La collaboration s’est étoffée au fil des années, avec des prestations qui on su évoluer en fonction des différentes problématiques du client. Professionnalisation de la gestion des déchets, sensibilisation du personnel, sécurisation de la collecte et des locaux de stockage ont permis d’obtenir les premières accréditations.

    En 2010, la mise en place de la gestion déléguée a permis d’optimiser le tri in situ et limiter l’impact environnemental en accompagnant l’établissement au quotidien dans la gestion de ses déchets.

    Dans la continuité des services proposés, le tri sélectif va être mis en place sur le site (bouteille, cannette, etc.) et celui des biodéchets pérennisé.

    6 collaborateurs SITA travaillent in situ pour le centre hospitalier afin de valoriser et éliminer les déchets d’activités de soins des établissements de santé, tout en garantissant sécurité, conformité et optimisation budgétaire.

    Valorisation des biodéchets au CHRU de Besançon

    Le CHRU de Besançon  souhaitait  la mise en œuvre d’une solution intégrée de gestion des déchets, avec un interlocuteur unique pour l’ensemble du processus, de la collecte interne dans chaque service ou secteur jusqu’aux filières différenciées de transport, de traitement et de valorisation.

    SITA a su apporter une réponse adaptée qui tient compte des contraintes fortes du milieu hospitalier : horaires, utilisation  des monte-charges et des accès, respect de l’hygiène et discrétion de collectes. La protection de l’environnement  et les objectifs de développement durable ont été pris en compte et le contenu de la prestation fait l’objet d’un suivi  commun permanent et d’une réévaluation régulière.

     


    Jean-Marie Baudoin
    Directeur des services hôteliers et des achats.

  • La médiathèque sita
  • C’URBANUn partenariat industriel pour le développement d’un béton innovant
    C’URBAN

    Fruit d’un programme de recherche ambitieux mené conjointement par SITA, Neo-Eco Recycling et l’École des Mines de Douai,  C’Urban est le premier béton dont les matériaux sont remplacés à 100 % par des matériaux recyclés. Sa formulation inédite garantit à ce béton les mêmes propriétés et les mêmes utilisations qu’un béton fabriqué à partir de matériaux de carrière.

    Sur ses éco-pôles multi-activités de Noyelles-Godault (62) et de Lourches (59), SITA transforme les sédiments, sables et gravats en matière première secondaire qui se substitue aux matières naturelles pour la fabrication du béton.

    C’Urban constitue une réponse à la raréfaction des matières premières, mais offre également des débouchés nouveaux à des déchets dont le traitement est complexe, présents en quantité sur le territoire du Nord–Pas-de-Calais, et dont les filières de valorisation doivent être pérennisées.

    Doublet et l’agence de design Piks Design, ont mis en œuvre un premier projet (Octave) utilisant le béton C’Urban. Il s’agit d’un ensemble de stationnement nomade et modulable pour vélos. Une dizaine de prototypes ont déjà été réalisés. Le partenariat entre SITA et Doublet doit permettre le développement industriel du produit et l’élaboration d’une gamme de mobiliers complète.

    Découvrir le cas en images

    L’objectif de ce projet est de pouvoir montrer aux pouvoir publics qu’on est aujourd’hui capable d’utiliser des sédiments fluviaux dans le béton avec les mêmes caractéristiques que le béton classique.


    Professeur Nor Edine Abriak
    Ecole des Mines de Douai